C’est le 16 et 17 février que se disputera le 1er Rallye de l’ Ile d’Elbe ; l’idée de faire un grand rallye dans une île aussi petite, connue jusqu’ alors pour la présence de Napoleon Bonaparte, parcourue de quelques petites routes macadamisées mais à usage militaire, fort étroites et sans rails de sécurité, est de Sergio Bettoja, hôtelier bien connu de la région et pilote à ses heures sous le pseudonyme de « Fantomas ». Le projet plaît à Dado Andreini et avec l’aide de l’ACI (Automobile Club Italien) Livorno ils organisent le 1er rallye de l’Elbe, devenu ensuite parmi les plus beaux et les plus fameux en Europe.

Mannucci nell'insolita veste di pilota con Scabini alle note, sesti assoluti su Lancia Fulvia al primo Rally dell'Isola d'Elba

Mannucci in veste di pilota con Scabini alle note, sesti assoluti su Fulvia al primo Rally dell’Isola d’Elba

Les spectateurs, des gens simples, voient la tranquillité de leur île soudainement ‘envahie’ par de nombreuses et magnifiques autos vrombissantes, des pilotes célèbres suivis de leurs mécanos et toute l’assistance ; cet événement est à la fois inhabituel, fascinant et exaltant. C’est mieux qu’une fête populaire et les habitants de l’Ile se pressent au port pour voir débarquer les autos de course et vont ensuite se poster le long du tracé pour assister aux essais et à la course. L’attente est joyeuse, les spectateurs discutent entre eux, essaient de deviner au bruit quelle est la voiture -et son équipage- qui arrive. Le plaisir du rallye c’est aussi le barbecue, les saucisses grillées et le vin qui suit pour se réchauffer …

Les pilotes, quant à eux, ont eu largement le temps de parcourir et d’étudier le parcours et ils sont unanimes : ce rallye est infernal !!

Ce sont en fait de très petites routes que les journalistes n’osent même pas appeler chemin de muletiers mais plutôt passages de lézards…

Dans une des ES, la Costarella, il faut affronter un chemin en descente très étroit, sans protection, normalement parcouru à dos d’âne !

Pour la 1ère édition, les organisateurs n’ont pas fait dans la dentelle : le tracé est tellement dur que l’on retrouve des pièces un peu partout sur le parcours : phares, éléments de carrosserie…Voilà pourquoi ce rallye, très demandeur et extrêmement sélectif fut vite baptisé ‘le Safari italien ‘ ; il semblait invraisemblable qu’une île de 22km de long puisse accueillir un rallye aussi dur, avec un déroulé total de 1240km dont 600km de nuit, subdivisé en 28 spéciales toutes sur chemins de terre, 44 contrôles horaires et 28 contrôles de passage. Avec l’objectif commun de franchir l’arrivée…..

Les premiers équipages inscrits ne sont pas très nombreux, une cinquantaine, probablement plus attirés par le paysage qui entoure le parc des coureurs que par le parcours. La mer, d’un bleu profond et la côte, dessinée comme si elle était peinte, deviennent un temps la corniche la plus romantique d’une compétition qui deviendra la plus belle de sa spécialité.

Le directeur de course Dado Andreini   trouva l’astuce pour ‘gonfler’ son épreuve : il ne donna que des numéros pairs aux concurrents ; à l’œil, ils semblaient beaucoup plus nombreux !!

A la 1ère édition, 10 équipages renoncèrent à venir sur l’Ile ; ils se retrouvèrent 40 au départ. La 1ère étape se déroulait du jeudi minuit au vendredi 16H. Les 1ers à démarrer sur l’auto N°2 étaient Pinto (I) – Harris (B)  sur une Fulvia HF de la Squadra Corsa Lancia : un prototype allégé, avec une boîte à 4 vitesses, un moteur 1401cc non encore homologué ; puissance de 118 cv, vitesse maxi de 132 km/h à 7200 t/min. Suite au grave accident survenu à Lombardini, un arceau-cage protégeait l’équipage.

Lo sfortunato equipaggio Pinto e Harris percorrono la temibile PS Costarella su Lancia Fulvia prototipo prima del ritiro a pochi chilometri dal traguardo, erano saldamente al secondo posto in classifica

Lo sfortunato equipaggio Pinto e Harris percorrono la temibile PS Costarella su Lancia Fulvia prototipo prima del ritiro a pochi chilometri dal traguardo, erano saldamente al secondo posto in classifica

Cette Fulvia n’en est pas à sa 1ère course ; la voiture de Pinto a déjà couru l’année précédente au Tour de Corse avec Leo Cella et au Rallye des Cévennes. C’est en fait en Corse, que la voiture jumelle, conduite par Munari – Lombardini, a offert à la Squadra Corse Lancia Lancia sa 1ère grande victoire internationale, gagnant contre toute attente et sur un tracé mixte asphalte-terre devant un parterre des meilleurs pilotes français. Cette même voiture rencontrera sa fin, l’année suivante, à l’Ile d’Elbe : utilisée comme mulet elle sera détruite dans un incendie lors de l’accident de Paganelli.

Revenons au rallye : après 3 heures de course on comptait déjà 8 abandons ; et à la fin de la 1ère épreuve il ne restait que 17 équipages, dont 10 Fiat ; la Porsche de Terramazzo se retire à l’aube, après une longue bataille avec Pinto, sur problèmes de suspension ; problèmes que connurent nombre d’autres équipages ; d’autres encore, comme Panzironi sur Fulvia, sortirent de la route risquant bien plus que des dégâts matériels ;les sollicitations incessantes des mauvaises routes, ravinées, trouées mettaient aussi à mal la Fulvia de Pinto qui à la fin de la 1ère étape perd son parebrise pour cause de châssis vrillé. Les autos sont en tellement mauvais état qu’on ne cherche même plus à réparer et certains ne prennent plus le départ.

I vincitori del primo rally dell'Isola d'Elba: Arnaldo Cavallari e Dante Salvay su Lancia Fulvia HFR

I vincitori del primo rally dell’Isola d’Elba: Arnaldo Cavallari e Dante Salvay su Lancia Fulvia HFR

la Fulvia HFR N° 24 du Jolly Club de Cavallari & Salvay reçoit l’ensemble carbus-trompettes de la Fulvia de Filippi, désormais retirée. Durant la nuit, un orage a transformé les routes en fleuve de boue ; sympa, pour commencer la 2ème étape ! Elle démarre le vendredi à 22H pour se terminer le samedi à midi. Les temps sont supprimés et la pause de 8H entre les 2 étapes est quasiment annulée ; tous les équipages survivants repartent avec l’intention unique de juste finir ce rallye diabolique ; et donc, les temps de parcours s’allongent sensiblement, sans pour autant préserver d’autres équipages malheureux, certains à seulement quelques kilomètres de l’arrivée. Les trous profonds cachés par la gadoue, la boue qui empêche de revenir sur le droit chemin après une sortie de route ne laissent aucune chance aux infortunés.

La Fulvia allégée de Pinto subit une rupture du plancher et des montants de parebrise et il sort de la route, alors 2ème derrière Cavallari, sur le Monte Perone à 20km de l’arrivée, à cause de la boue ; la ‘compagnie du tour de force’ la remet sur la route mais il arrivera hors délai. Seulement 10 voitures rejoignent l’arrivée.

Cavallari et Salvay partaient comme favoris ; sans grande expérience, 1ère année en Lancia Fulvia puisque provenant de l’Alfa Romeo GTA où il avait gagné de nombreuses courses, ils remportèrent ce rallye en s’offrant 1’20’’ pour ne rien risquer. Une course de 40 heures, quasi ininterrompue, conduite intelligemment et gagnée avec mérite.

L'esordiente Amilcare Ballestrieri in coppia con l'amico Daniele Audetto ottengono un importante secondo posto in classifica che porterà l'ex campione di motociclismo alla Lancia

L’esordiente Amilcare Ballestrieri in coppia con l’amico Daniele Audetto ottengono un importante secondo posto in classifica che porterà l’ex campione di motociclismo alla Lancia

La révélation de ce rallye fut l’équipage Ballestrieri-Audetto sur R8 Gordini, pour leur 1ère course ensemble et la 1ère en rallye pour Ballestrieri 5 fois champion d’Italie à moto, 2èmes au général et 1er en classe Gr1. La 6ème place au général pour Manucci en costume –inhabituel- de pilote ; Munari étant encore convalescent, suite au grave accident à Skopje. Absence qui a décidé Mamma Lancia à observer et lancer Ballestrieri parmi ses pilotes officiels.

Classement officiel

1. Cavallari / Salvay – Lancia Fulvia HFR (1° gr.2)
2. Ballestrieri / Audetto – Renault R8 Gordini (1° gr.1)
3. Polli / Tampolli – Fiat 124 berlina
4. Ceccato / Briani – Fiat 124 Spider (1° gr.3)
5. Gray / Eisendle – Fiat 124 Spider
6. Mannucci / Scabini – Lancia Fulvia HF
7. Zaniratti / Bini – BMC Cooper 1.3
8. Gragnoli / Frangioni – Fiat 125 berlina
9. Gargini / Bianchi – Opel Kadett
10. Pupesci / Tramonti – Innocenti Mini 1.3

Pinto essaya à plusieurs reprises de gagner ce rallye de l’ Elbe, en vain ; malgré la désillusion de cette 1ère édition et l’insuccès des années suivantes, il se prit à aimer cette île et ces gens qui l’accueillirent si bien dès le départ…..et vint s’y installer définitivement.

Un ricordo di Lele Pinto per Lady Fulvia

Un ricordo di Lele Pinto per Lady Fulvia

A quasiment cinquante années de distance, relisant ce récit, Arnaldo Cavallari blagua en disant : «  Je me souviens seulement que j’étais ‘quasi’ tellement jeune à l’époque que je n’étais ‘quasi’ pas né » ; et me remercia ainsi : « Francesca, chère Francesca, merci infiniment pour ta sensibilité et ta capacité à raconter ces faits, surtout parce que tu n’étais pas encore née à cette époque ! Le ‘vecio’ mais toujours présent, t’embrasse chaleureusement ; Arnaldo ».

(Version en français grâce à mon ami Jean Claude Delatte)

ProgettoK ha realizzato il modellino della Fulvia vincitrice dell'Elba 1968 in scala 1/43. Questo esemplare è autografato da Cavallari.

ProgettoK ha realizzato il modellino della Fulvia vincitrice dell’Elba 1968 in scala 1/43. Questo esemplare è autografato da Cavallari.